Vous êtes ici : Agnès M. » Les Crus du Beaujolais, gamme Agnès M. » Morgon 2010

Morgon 2010

Agnès M, la tradition des grands vins. La couleur de la robe du Morgon 2010, cru du Beaujolais.

Agnès M. a sélectionné pour vous ce Morgon 2010 très bien construit. Oui, construit. Utilisons cette métaphore du mâcon qui construit son mur, solide, en utilisant la bonne dose de mortier. Un peu trop d’eau, ou de sable, et le mur s’effondrerait. Le vigneron, producteur de ce Morgon 2010, a su trouver le bon équilibre pour faire de ce vin un bon vin. Le mur est solide, le mortier puissant.

Vous dégustez un Morgon 2010

Comme toujours, il vous faudra nécessairement apprendre à découvrir ce Morgon 2010, comme pour tous les vins. En le découvrant, en le cherchant, vous allez résoudre une sorte d’énigme. Vous allez devenir de véritables Columbo de l’oenologie !

Commençons par déboucher cette bouteille. C’est un réflexe qu’il vous faut avoir : sentir la surface du bouchon qui était en contact avec le vin. Une odeur surprenante ? Non, ce n’est pas forcément un goût de bouchon. C’est peut-être simplement le parfum délicat du vin. Une odeur (ou un goût de bouchon) est caractéristique. Elle se présente sous la forme d’une odeur de carton moisi. C’est inévitable : entre 3 et 5 % des bouteilles sont impactées mais elles ne sont pas forcément le fait du travail du vigneron. Elle peut provenir d’une mauvaise conservation de votre part.

Aparté mis à part, il va vous falloir verser ce Morgon 2010 dans un verre pour confirmer votre impression.

La robe

Enfin ! vous découvrez cette robe profonde de rubis léger. Velours ou rubis, difficile de trancher. Mais une chose est sûre : la teinte de ce vin nous donne un bon indice. Il ne tire pas sur le brun, il est donc encore bon à boire. La couleur brune est caractéristique des vins vieillissants, dont la maturité est passée. Quoi qu’il en soit, ce joli rouge profond laisse présager de nombreuses émotions plaisantes. Cette déduction est complétée par la présence de longues jambes sur les parois du verre : c’est le gras de vin. Ces longues jambes sont fines et s’écoulent tout en douceur. Le vin sera équilibré en bouche : vous pourrez en avoir la certitude. Qu’en est-il du ménisque (la partie du verre qui, vue de dessus, est en contact avec le vin) ? Il est rouge. Buvez-le dans les 2 ans qui viennent !

Attaquons-nous à son nez, maintenant. Car oui, c’est bien là qu’est le véritable premier plaisir de l’amateur de vin : la gamme olfactive.

Le nez

Le nez de ce Morgon 2010 est franc et fruité : les fruits frais tels que l’abricot et la fraise des bois se détachent nettement. Ils sont néanmoins légers et ne prédominent pas sur d’autres arômes plus subtils qui pourraient survenir après une quinzaine de minutes d’aération. Ce sont alors épices, puis les fleurs par extension, qui vont prendre le dessus, en restant délicates : le poivre que l’on distingue de plus en plus clairement place les fruits frais en arrière-plan. Peu à peu, on se souvient avoir humé le parfum d’une pivoine, un jour. Peu à peu, on se souvient que le parfum de la pivoine est poivré. Oui, c’est bien la pivoine qui se dévoile ici.

C’est à ce moment qu’il vous faudra vous pencher sur la bouche. Qu’a-t-il à offrir finalement, ce Morgon 2010 parfumé ?

La bouche

En première bouche, on a l’impression nette d’un vin rond, presque trop lisse. Il mérite du temps pour se laisser apprivoiser. Ne vous laissez pas impressionner : ce vin est tannique. Tannique ? C’est à dire qu’il donne une impression de dureté sur la langue. C’est normal, vous dégustez un Morgon dont la caractéristique première est la présence de tanins. Ceux qui ne sont pas habitués à ce type de vins seront surpris. Petit à petit, vous allez appréhender ces tanins. Ils vont délicatement se substituer pour laisser leur place à des fruits à coque -tels que la noisette-, suivis du chocolat, vont à coup sûr vous étonner.

Qui a dit que les vins du Beaujolais n’avaient pas de caractère ?

Agnès M., la tradition des grands vins. Cru du Beaujolais, prix du Morgon 2010

Le millésime 2010 est une très belle année pour les Crus du Beaujolais.

On ne se méfie jamais assez des vins du Beaujolais, et tout particulièrement des Crus de ce vignoble. Dans l’esprit collectif, en France tout du moins, le vignoble Beaujolais ne produit que du Beaujolais Nouveau. Dans l’esprit collectif, en France tout du moins, les vins du Beaujolais sont légers et sans intérêt -soyons honnêtes quelques instants, nous sommes entre connaisseurs.

Alors non, les vins du Beaujolais ne sont pas que légers ou vecteurs d’aigreurs d’estomac. Non ! Notre Morgon 2010 est bien là pour le prouver.

Agnès M, la tradition des grands vins. Etiquette du Morgon 2010 sur un foudre typique

 Agnès M., la tradition des grands vins. Bouteille et étiquette du Morgon 2010, cru du Beaujolais.

 

Vous aimerez peut-être :

 Brouilly 2013 Agnès M., la tradition des grands vins. Gamme de crus du Beaujolais : le Brouilly 2013, un vin tannique

Moulin à Vent 2011 Agnès M., gamme de vins du Beaujolais : cru du Beaujolais, le Moulin à Vent 2011

Faîtes connaître Agnès M.

One thought on “Morgon 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>